Lettre à Miss Biopharma : je veux aussi être ton gars !

Bonjour miss, je viens de te voir passer sous mes yeux de célibataire, propriétaire d’une terre en jachère, sur laquelle aucun poil n’arrive même à pousser. Tu défilais sur cette planche, une main à la hanche, tes grandes jambes qui se déhanchaient, et qui faisaient battre mes organes sacrés, de gauche à droite selon le rythme de tes pas étalonnés. N’est ce pas j’ai toujours entendu dire que les miss sont droites comme l’aiguille et longues comme le bambou de Chine ? J’écrivais déjà sur le mur de mon cœur que je ne pouvais pas moi sortir avec une miss. Parce que, même si elle me donnait gratuitement sa main, je n’allais jamais prendre mon pied. Et comme je suis court comme Aboudi Onguéné là, j’allais seulement grimper sur l’échelle pour monter sur toi et te serrer dans mes bras.

 

C’est vrai que la différence est de taille et que ta part là me dépasse toujours. Mais ce que j’ai vu emballé comme le koki de mami nton là ne peut pas me dépasser. Les formes et les rondeurs, la beauté et le naturel te couvraient comme un tissu de haute couture cousu avec minutie à ta mesure. Tu es ma part de pointure, j’ai senti que ça devait aller, je n’ai pas besoin de forcer. Est ce que tu sais que je n’ai même pas retenu ton prénom ? Mais t’inquiète, je t’appellerais tous les jours de mes nuits : « ma miss », « ma bae », « chou »…si tu veux j’ajoute même « doudou » et chérie coco, mon éru, mon taro, ma sauce. J’ai aussi oublié ton âge, j’ai seulement entendu le salaud qui était à côté de moi crier « Kumba ». Je ne sais pas si c’est ton lieu de naissance ou le lieu de ton école. Mais peu importe, l’âge n’est qu’un numéro, les footballeurs jouent avec ça comme ils veulent et quand ils veulent.

 

L’important c’est ce que tu as « dedans » comme « dehors ». Et j’ai vu comme tout le monde tout ce que ton dehors a de tendre. J’étais un peu tendu quand je pensais que je ne verrais jamais ta « beauté intérieure ». Mais après tes pas mesurés jusqu’à l’estrade où se trouvaient désespérément les autres candidates au regard de la lumière énergique que tu dégageais, tu t’es retournée, m’as regardé, j’ai souri comme un hébété qui a bouffé la tontine. Tu as souris à ton tour, en baladant ton regard vers moi, et j’ai bavé comme le chien de Pavlov.

 

C’est là où j’ai su que c’était toi que je voulais. Mais j’allais alors faire comment ? Je me décourageais même déjà, avec la chaleur de Douala que le climatiseur n’arrivait pas à calmer. L’envie de me lever pour aller lever le coude m’a pris sur le coup et j’ai voulu me tirer. C’est là où j’ai entendu la fille qui parlait dire que si tu étais élue miss, tu allais avoir le visa. J’ai alors déconnecté internet très vite de mes téléphones, pour me concentrer. On a dit que tu vas aller à Abidjan. Je ne te mens pas que j’ai toujours voulu aller dans ce pays, ou si tu veux cette ville. Mais j’ai attendu que la fille là dise que c’est un voyage en couple, elle n’a elle rien dit à propos. J’ai avalé son macabo et j’ai digéré. Elle a continué à dérouler la liste des avantages de services de miss. Elle a parlé d’une voiture flambant neuve qui allait être offerte, j’ai fait comme si je n’ai pas entendu. Elle est restée dessus et a insisté jusqu'à la salle a applaudit pour lui faire comprendre qu’on avait compris. L’affaire là commençait à être sérieuse, moi même je ne riais plus, je me mettais déjà dans la peau du gars de la fille qui allait gagner ça…donc toi, ma miss.

 

On a dit que tu vas avoir le travail, un contrat bien signé même si c’est à durée déterminée. En deux ans beaucoup de choses peuvent se passer...en doublé ou même les triplés, est ce qu'on connait le ballon qui va percer les filets? Encore que tu vas travailler chez un fournisseur de bon champagne. On va arroser nos soirées avec, la vie ci c’est même koah non ? Si après ton travail veux ça fini. Le projet que tu as inventé là, n’est ce pas ils vont continuer à financer ? Quelle entreprise peut accepter qu’on voit sa miss bâcher sur la moto, et échanger les sacs dans les mini-cités et les boutiques pour prendre les selfies.

 

La suite des choses qu’elle racontait là, je ne suivais plus moi, j’avais déjà trouvé ce que je cherchais. Je mettais déjà sur pied les stratégies d’attaque pour t’avoir dans ma surface de réparation, et pouvoir inside the box même au premier match. Est ce que je suis venu ici pour jouer ? Pas comme les mouilleurs qui sont allés se balader là où tu connais là. On leur dit que c’est la CAN, ils pensent que « c’est la canne à sucre ». Je sais, comme disais le rappeur qui aime qu’on l’appelle Kimbo que « pour les trois quarts la fille la plus fidèle a au moins trois gars ». Et comme tu es déjà dans la cour des grands tu risques toi même me snober. Mais je ne vais pas désister, je vais coller sur toi comme le super glue, je vais seulement être ton gars. Je sais que c’est toi qui va gagner, et je sais que toi même tu ne sais pas encore.

Alors on fait un petit marché : si c’est toi qui gagne, je deviens ton gars, même si c’est seulement pour 6 mois...Voilà...les filles d'aujourd'hui on vous connait, après ton élection, ne me dis pas que tu n’avais pas lu. Tout le pays te vois. Ne gate pas ton nom!

signé: le gars qui voulut "épouser Brenda"

Retour à l'accueil