Tenor : ce Tintamarre qui est passé à côté de son Bac

Dans l’euphorie de la proclamation des résultats du baccalauréat 2017, la toile s’est enflammée avec des publications de joie des lauréats. Ces jeunes camerounais, fiers d’avoir passé la classe de terminale, et excités de commencer une nouvelle vie dans un nouvel univers et habiter enfin les cités. Vive la liberté, le détachement de la maison familiale, de la surveillance, et de la camisole de la tenue scolaire. Rappelant amèrement  l’uniforme des prisonniers sur le long chemin de la liberté. Le dernier jour de plusieurs condamnés a été un jour heureux. Ils se sont précipités de le montrer sur leurs murs digitaux, en se vantant d’avoir escaladé le mur de la prison.

Ces candidats heureux au bac qui à la veille de leurs examens sont allés se prosterner devant Dieu pour implorer sa grâce et sa miséricorde, ont oublié la maison du Père et ont abandonné celle de leurs pères pour aller fêter où vous savez. Ils sont allés manger, boire et faire, démontrant ainsi le rythme qui sera le leur dans les années à venir. Plusieurs ont bu leur première bière, plusieurs ont enterré leur vie de puceaux et de pucelles cette nuit-là. Les photos pleuvaient sur la toile avec des casiers de bières vidés, des ventres gonflés en guise de célébration. Les chapelets ont été jetés, les tenues déchirées, les cahiers brulés. Le passé de collégien oublié.

Dans cette ambiance généralisée, on s’attendait à ce que le jeune artiste Tenor, élève inscrit au lycée technique d’Edéa, fasse une sortie pour annoncer son résultat. Sans attendre une sortie officielle de la jeune star, plusieurs ont conclu que « le bon résultat ne se cache pas ». D’autres ont sûrement eu l’information après moult fourrages comme ils savent bien le faire. Ils ont donc déclaré avec leur sarcasme légendaire sur les réseaux sociaux que : le rappeur Tenor a échoué le bac. Son nom n’est pas sorti du tout. Ils se sont moqués, et l’ont essuyé de nombreuses critiques frisant les injures les plus humiliantes.

Pour ceux qui comprennent la psychologie des réseaux sociaux savent que si Tenor avait eu le Bac, les internautes n’auraient pas manifesté autant de ferveur autour du sujet.  Chez nous, c’est toujours le drame qui charme. La preuve, le bac de Vanessa Tchatchou obtenu cette année a moins ému que le drame qu’elle avait jadis subi. Nous savons aussi dans le même élan que les internautes, paresseux qualifiés, ne prennent jamais la peine d’aller se ressourcer aux bonnes sources. Ils s’agrippent sur les idées qui passent, comme s’ils étaient incapables d’aller eux-mêmes les chercher.  

Tenor, jeune rappeur qui courre après ses 20 ans comme plusieurs courent après un concours, était véritablement candidat au Bac. Etant depuis un an exactement dans un registre d’artiste professionnel, se consacre depuis lors à sa passion qui est devenue son métier. Il n’a plus d’yeux que pour la musique, même si avoir les diplômes reste pour lui une priorité. Mais parfois, au risque de mal étreindre mieux vaut ne pas trop embrasser. Comme dit Paul Valéry, « entre deux mots il faut choisir le moindre ». Entre le « rap » et le « bac » Tenor peut-être choisi le moins compliqué.

De ce fait, malgré toute sa bonne volonté, il n’a pas pu se présenter aux examens. Et dans la loi de la guerre, celui qui ne combat pas a déjà échoué. Mais Tenor a choisi une autre lutte, celle à la quelle il veut consacrer sa vie. Et cette lutte là est succession d’examens et d’épreuves. Parfois il échoue en public comme en privée, mais généralement il passe. Peut-être c’est là-bas qu’il faut chercher à le noter.

On se demande bien comment Tenor peut encore s’asseoir sur les bancs de son école sans distraire ses camarades et ses enseignants à longueur de journées. Avec autant de célébrité et moins de temps dans son agenda. Lui qui crée l’euphorie partout où il passe, ne laisse indifférent ni les petits ni les grands, fait tomber les filles en transe lors de ses concerts et fait lever la première dame de son siège en un seul geste.

 

Imaginons-nous en quelques secondes Tenor en salle d’examen…

Imaginons-nous à quoi lui aurait servi son bac dans l’avancement de sa carrière

Imaginons-nous encore quand on jubilait d’avoir eu ce parchemin

Imaginons-nous encore à quoi ce bac va servir à nos jeunes sœurs et frère.

Ce pays tue les jeunes et les vieux ne lâchent pas prise.

Après ils viendront nous dire d’oser, d’innover et de créer des entreprises.

 

Le bac est mort…

 

 

                      

Retour à l'accueil